AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Ca mousse entre toi et moi, ça m'éclabousse, comme de la soie ∞ Dylan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: Ca mousse entre toi et moi, ça m'éclabousse, comme de la soie ∞ Dylan.   Mer 7 Mai - 18:26



Dylan Elizabeth Moriarty
« BE HAPPY WITH WHAT YOU HAVE WHILE WORKING FOR WHAT YOU WANT »

âge dix-neuf printemps. date de naissance 5 août 1994. lieu de naissance Tallahasse, Floride. nationalité américaine. orientation sexuelle je n'attache pas d'importance au sexe d'une personne, j'aime son caractère. On dit pansexuelle, je crois ? statut civil célibataire, en long, en large et en travers. statut financier là tout de suite, je dirais plutôt riche, disons que mes parents s'en sortent pas mal. métier ou études plutôt métier et étude. J'ai décidé de me financer mes études en musicologie, parce que ma famille voulait que je fasse médecine. Ainsi, je suis serveuse à mi-temps. avatar choisi AnnaSophia Robb. crédits Shadows & Tumblr.
On dit de moi que je suis pleine de vitalité, pétillante voir même tout feu tout flamme. Je possède un trop plein d’énergie qui m’a toujours poussée dans les extrêmes, au plus profond de mes limites + Mon hyperactivité a été canalisé grâce aux activités sportives que je pratique + je fais du surf, encore heureux en Floride, depuis que je suis toute petite + j’aime l’escalade, le soccer et la danse, je pratique tous ces sports en amateur + je suis autodidacte et possède l’oreille absolue, ma mère dit que c’est parce qu’elle me bercer en écoutant des tubes des Beatles + je joue du violon depuis que j’ai l’âge d’en tenir un en main + je sais aussi gratter les cordes d’une guitare en harmonie, ainsi que celle d’un ukulélé + en fait, je suis capable de jouer d’à peu près n’importe quel instrument + je considère la musique comme une thérapie surpuissante + j'ai un chien qui se nomme Oslo, le pauvre + je suis une grande passionnée, je me lance toujours à fond dans quelque chose + les demi-mesures ? J’connais pas, pour moi c’est ou tout blanc ou tout noir + plutôt émotive, je passe du rire aux larmes + entière et généreuse, j’aime donner et faire plaisir aux gens autour de moi + pour moi, rien est plus important que la famille + j’ai tendance à m’emballer pour un rien, je suis très enthousiaste + la compétition m’a toujours motivée et stimulée + les gens disent que je suis parfois un peu trop directe, je ne passe pas par quatre chemins pour dire la vérité aux personnes qui m’entourent + on ne me croit pas trop sentimentale, mais je peux vous avouer que je le suis, le romantisme guimauve me fait rêver + j’attache beaucoup d’importance à mon apparence, la mode est quelque chose qui me fascine + j’ai eu une très mauvaise passe dans ma vie où je ne mangeais plus rien et où je faisais une fixation sur mon poids, personne ne l’a jamais su + et surtout, je suis un peu trop bavarde et ça me trahira un jour…
 
cette partie est un qcm, qui déterminera le groupe de votre personnage. comment faut-il y répondre ? c'est simple : effacez les réponses qui ne vous conviennent pas. du point de vue de votre personnage, of course.

   › tu te retrouves dans une fête ou tu ne connais personne. tu décides de :
   
Spoiler:
 

   › au lycée, tu étais plutôt celui/celle qui :
   
Spoiler:
 

   › tu as passé une nuit torride avec quelqu'un après une soirée arrosée. le lendemain, tu ne reconnais pas cette personne. ta réaction ?
   
Spoiler:
 

   › tu es invitée à une soirée mais tu ignores quoi mettre. finalement, tu te rabats sur :
   
Spoiler:
 

   › en général, tes pensées sont constituées de :
   
Spoiler:
 

   › au restaurant, tu commandes toujours :
   
Spoiler:
 

   › en boîte de nuit, quelqu'un d'attirant t'invite à danser. ta réaction?
   
Spoiler:
 

   › pour toi, le plus important c'est :
   
Spoiler:
 
pseudo/prénom Manon/MissVenomania. âge dix-huit ans. pays Frankreich. présence 4/7. comment tu nous a trouvés ? bazzaaaaart. et il te plaît, notre forum? oui, il est... génial, le signe rock en curseur, des gifs adventure time et de Lana Del Rey, les couleurs des States, des titres de chansons que j'aime, vous résumez ma vie *-*. un dernier mot ? Oh my god, guys, DRAMA BOMB.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Ca mousse entre toi et moi, ça m'éclabousse, comme de la soie ∞ Dylan.   Mer 7 Mai - 18:27


some stories are worth to tell
« Set me free, leave me be, I don't want to fall another moment into your gravity. »

I want it all!
Stop, arrête-toi. Arrête de faire ça, bordel ! Regarde-toi dans la glace, regarde la fille que tu es devenue. Il ne voudrait pas te voir comme ça, il ne le supporterait pas. Arrête de te faire du mal, tu dois être forte. Il faut que tu sois forte pour Cameron. C’est ça ou l’asile. Tu sais que j’ai raison, ils ne comprendront pas. Ils ne comprennent jamais. Ils sont géniaux comme parents mais comme amis, ce n’est même pas la peine. Regarde-toi… Le pâle reflet de la fille que tu étais hier. Si triste, si cernée, si malade. Tu me donnes envie de vomir. T’étais censée finir le lycée et faire une faculté de médecine. Comment tu peux soigner les autres si même toi, t’arrives pas à te soigner. Regarde-toi. Tu dois cesser de te faire vomir. Arrête ! Tu veux qu’on te plaigne ? Non ? Alors reprends ta vie en main, Dylan. Et cesse de te parler à toi-même, c’est flippant à la fin…

Why don't you come there, with me?
Il y a des instants qui, au moment où ils se déroulent, semblent totalement anodin. Des instants qu’on n’aurait jamais crus important pour nous. Ces instants que nous ne sommes pas capables de reconnaître comme des moments clés de notre vie. Des moments qui resteront gravé dans notre mémoire. Des moments qui résumeront à eux seuls, les raisons de nos existences. Ma rencontre avec Cameron et Austin était de ces instants-là. Néanmoins, il apparaissait évident que je ne le savais pas encore. J’avais sept ans et je venais tout juste d’emménager à St-Petersburg. Pas facile pour la demoiselle timide que j’étais à l’époque de me faire des amis. Pourtant, c’était le souhait le plus cher de mes deux parents et de ma sœur aînée. « Pourquoi tu ne sortirais pas pour faire connaissance avec le voisinage ? » m’avait proposée ma mère, essayant de me pousser à vaincre ma peur de l’inconnu. Elle avait eu raison mais sur le moment, je l’avais presque détesté. Du moins, autant qu’une fillette de sept ans pouvait haïr sa maman. Et donc, je m’étais retrouvée dans cette rue, un ballon à la main. « Tu comptes jouer toute seule ? » Je m’étais retournée et avais vu deux garçons, l’un blond et l’autre châtain. Si le premier était grand et possédait une bouche très imposante, à vrai dire, je ne voyais que ça ; le second, en revanche, était petit mais avait une bouche de taille normale. C’était le second qui avait pris la parole. « Alors ? » avait-il insisté. J’avais baissé les yeux, gênée. Que je pouvais être stupide, à cette époque. Le plus grand des deux s’était, alors, approché de moi et j’avais osé relever la tête. Malgré sa bouche proéminente, son sourire était des plus adorables. Son sourire m’avait marqué à jamais. « Je m’appelle Austin et lui là, c’est mon grand-frère Cameron. Et toi, c’est quoi ton prénom ? » Et à mon tour, j’avais souri. « Dylan. Dylan Moriarty. » « Dylan, mais c’est un prénom de garçon ! » « Cameron ! On s’en fiche. On peut jouer avec toi, Moriarty ? » J’ignorais encore à cet instant, que ce simple jeu allait durer bien des années encore.

I wanna get close to you, you are my dream comes true!
Quand on a quatorze ans, il y a deux choses qui importent : avoir une peau impeccable et sortir avec un garçon, si possible plus âgé. A mes yeux, c’était les deux choses qui avaient le plus d’importance du moins. Et ce soir-là, je devais avoir les deux, j’avais eu les deux. D’une part, ma peau était parfaite, aucun vilain bouton n’était apparu durant la nuit et j’en avais remercié Dieu. D’une autre part, le frère de mon meilleur ami était supposé m’escorter jusqu’à la soirée de la fille la plus populaire de son lycée. Et par chance, Cameron avait bel et bien un an de plus que moi. Ce qui faisait que j’étais la seule demoiselle de quatorze ans invitée à une soirée de lycéens. « Tu es sublime, il faut que tu ais confiance en toi. » m’étais-je encouragée, avant de sortir de ma salle de bain. A la porte, le séduisant garçon de quinze ans, alias Cameron m’attendait. Lorsque j’étais arrivée, il m’avait glissé : « tu es ravissante pour un garçon, Dylan. » Oui, évidemment, Cameron n’avait jamais cessé de me taquiner sur le fait que mon prénom était plus masculin à ses yeux qu’il n’était mixte. Mais je m’enfichais bien, j’étais totalement et irrévocablement sous le charme de ses iris noisettes alors, je pouvais tout lui pardonner. Nous nous étions donc rendus à cette soirée et Cameron avait bu plus qu’il ne le supportait. Lorsqu’il avait commencé à danser sur les tables, j’avais compris qu’il n’était plus très net. Et lorsqu’il s’était approché de moi et m’avait soufflé de son haleine alcoolisée : « Tu me plais vraiment, Dylan. », je m’étais dis qu’il était vraiment bourré. Je ne lui plaisais pas, jamais. Il m’avait invitée uniquement parce qu’Austin avait insisté pour qu’il le fasse. Et parce qu’il n’avait pas trouvé d’autres potiches à emmener. Néanmoins, je l’avais laissé me dire des mots doux jusqu’à la fin de la soirée. Et puis, il m’avait raccompagnée jusqu’à chez moi, soit à une maison de la sienne. « Je voudrais t’embrasser, maintenant. » « Tu es ivre, rentre chez toi Cameron. » Il s’était approché et avait déposé un baiser sur ma joue. « Bonne nuit, Dylan. » Et à cet instant, j’avais compris que ce n’était pas que de l’attirance que j’éprouvais pour lui. Non, l’emballement de mon cœur confirmait ma pire crainte : j’étais amoureuse de Cameron.

We walk around pretending we are growing up, hey rich girls!
Ah, seize ans, le bel âge. Surtout quand notre sœur commence à nous lâcher la grappe parce qu’elle a dix huit ans et qu’elle veut vivre sa vie. Surtout quand nos parents sont médecin et avocat et que de ce fait, on mène une vie de riche pacha. Surtout quand on est l’une des filles les plus populaires du lycée et qu’on est entourée de nos meilleurs amis, respectivement Austin, Moka et Stacy. Même si dans cette liste, je considérais Austin comme mon plus proche ami. Il ne me manquait qu’une seule chose, une chose inaccessible. Et elle portait le plus tendre des noms… Cameron. « Et sinon, tu comptes conclure avec lui ? » s’était enquise Moka, tandis que je regardais passer l’objet de mes pensées en souriant naïvement. « Ils ne sont même pas officiellement en couple et tu voudrais qu'ils couchent ensemble ? » avait remarqué Austin, en piquant farouchement son bout de viande. Il avait raison, techniquement, nous n’étions pas ensemble. Cameron me fixait des rendez-vous dans des lieux saugrenus et on ne se voyait jamais en public. Du moins, pas là où trainaient ses potes. C’était comme s’il avait honte de moi. Pourtant la plupart du temps, il ne cessait de me répéter qu’il était dingue de moi. Alors pourquoi me snobait-il une fois au lycée ? Juste parce que j’étais plus jeune que lui… « Tu sais, tu devrais définitivement lui balancer ses quatre vérités en face, si tu veux mon avis. » m’avait conseillée Stacy et je savais qu’elle avait raison, elle aussi. Seulement, j’étais incapable de lui faire du mal, de lui tenir tête. J’étais amoureuse de lui et tant qu’il me faisait son séduisant sourire, je ne pouvais lui résister. Même s’il continuait de me traiter de garçon à cause de mon prénom. Même s’il cachait notre relation. Il m’aimait, je le savais, je n’avais pas besoin de plus. Et lorsqu’il était passé à côté de notre table, j’avais vu son sourire s’agrandir tandis qu’il me regardait. Alors je me répétais : « Pour vivre heureux, vivons cachés. ».


I do not want to die inside just to breath in
Il était parti… De lui, il ne restait plus qu’un parfum, une image floue qui menaçait de s’échapper de ma tête à chaque instant. Il était parti. Au rez-de-chaussée, ma mère avait servi le thé à une famille abattue. J’avais entendu les pleurs de la femme, les plaintes quasi-silencieuses de l’homme. Mais je savais que la personne la plus dévastée était encore Austin. Cameron était parti. Pour la plupart, ce n’était qu’un bête accident de voiture. Pour moi, c’était la fin de deux vies. La sienne et la mienne. Cameron m’avait abandonnée. Je m’étais regardée dans le miroir et j’avais vu une autre personne. Où était passée la demoiselle souriante qui dégageait tant de chaleur humaine ? Elle avait laissé place à quelqu’un d’autre. Et je n’avais pas aimé cet autre. Elle était froide, elle pleurait en silence. Ses joues étaient creusées, ses cernes marquées. Elle inspirait la peur et la pitié. Je n’étais plus que l’ombre de moi-même. Et c’était devenu insupportable. Ces cris, ces condoléances qu’on me présentait. Non, non, non ! Je n’étais personne pour lui, même pas sa petite-amie. Il avait toujours eu honte de nous. Alors pourquoi ne cessaient-ils pas de me présenter leurs excuses ? Il était mort, il n’y avait rien d’autre à dire. Je n’en pouvais plus, je ne le supportais plus. J’avais juste eu envie d’en finir. Et puis, une petite voix dans ma tête s’était manifestée. Stop, arrête-toi. Je ne voulais plus de cette vie. Je ne voulais plus me faire du mal parce qu’il me manquait. Je ne voulais plus me faire du mal parce que je n’arrivais pas à accepter son départ. Parce que le manque me faisait encore plus mal. Parce que tout était plus agréable que cette douleur qui s’emparait de mon être lorsque je repensais à son sourire séduisant, à sa manière de me taquiner, à ses « je t’aime » qui me rendaient si heureuse. Je ne voulais plus avoir mal. Plus jamais.

You're on to me and all over me
« Il y a quelque chose que je voudrais t’avouer, Moriarty… » m’avait annoncé Austin, tandis que nous rentions d’une ballade dans le parc. Ces moments avec Austin me faisaient du bien. Depuis que j’avais accepté ma maladie, depuis que j’avais accepté la mort de Cameron, j’enchainais les thérapies, j’endurais la pitié des uns, la colère des autres. Ma sœur essayait de me soutenir mais elle en était bien incapable. Mes parents ne me comprenaient pas. Mes anciens amis étaient partis de ma vie, petit-à-petit. Seul restait comme un pilier Austin, mon meilleur ami. Mon seul véritable ami. Alors oui, j’appréciais ces instants avec lui, quand personne ne me jugeait, quand je pouvais être moi-même. « Tu sais que tu me ferais presque peur ? » lui avais-je rétorqué, en riant doucement. C’était grâce à lui que je pouvais rire, grâce à lui que je ne pleurais plus. Il avait pris tellement d’importance dans ma vie en si peu de temps… Je n’aurai jamais pu retrouver la demoiselle joyeuse que j’avais été avant la mort de Cameron sans lui. Et avec lui, chaque jour, j’apprenais à l’être à nouveau. « Ecoute-moi jusqu’au bout, Dylan. » m’avait-il ordonné et j’avais juste acquiescé, surprise qu'il utilise mon prénom et non mon nom de famille. Il avait poursuivi : « Je t’aime, Dylan. Je t’aime et je t’ai toujours aimée, même bien avant que tu ne commences à fréquenter Cameron. Et je m’en suis voulu d’avoir ces sentiments pour toi. Encore plus lorsqu’il est parti… Et puis, j’ai fini par les acceptés. Je ne m’en veux plus de t’aimer, Dylan. On s’est tellement soutenu dans cette épreuve et on l’a surmontée ensemble. Je ne peux imaginer ma vie sans toi. Je ne veux imaginer ma vie sans toi. Mais continuer à jouer le rôle de l’ami quand je voudrais être plus n’est plus supportable. Je sais que je te demande beaucoup mais je t’en prie, prends ton temps, réfléchis-y et donne-moi ta réponse. Si tu n’imagines pas ta vie avec moi, alors je partirai. Mais si jamais tu avais envie de cette vie à mes côtés, alors je t’attendrai aussi longtemps qu’il le faut. » Et en terminant son discours, il avait approché son visage du miens pour déposer un baiser sur mes lèvres. Mon cœur avait raté un battement, mon cerveau avait cessé d’ordonner à mes poumons de respirer, j’avais eu l’impression que le temps avait arrêté de défiler. Et lorsqu’il s’était éloigné de moi, j’avais juste songé que je ne m’étais pas sentie aussi déboussolée depuis bien longtemps… Depuis Cameron, à vrai dire… Mais alors, est-ce que j’aimais Austin ?


This rare perfume is the sweet intoxication of her love.
Et à présent, quand est-il ? J’ai refusé d’entrer en faculté de médecine, je ne voulais pas soigner les autres. Pas de cette manière du moins. Ce que je veux, c’est les aider grâce à la musique. Je suis persuadée que la mélodie peut aider les gens à se sentir mieux. J’ai cessé de me faire vomir, je suis un psychiatre depuis deux ans maintenant. Deux ans… C’est aussi le nombre d’années qui se sont écoulées depuis la mort de Cameron. Et pas un jour ne se passe sans que je n’ai une pensée pour lui. Je n’ai plus mal en songeant à lui, je ne ressens plus qu’une douce nostalgie. Parfois, j’imagine la vie que je pourrais mener s’il n’était pas parti. Peut-être que j’aurai commencé des études en médecine, finalement ? Peut-être que je serais plus épanouie que je ne le suis réellement ? Peut-être que je sourirais sincèrement tout le temps ? Il me manque c’est un fait. Mais je sais qu’il ne voudrait pas me voir malheureuse. Alors, je vis pour lui et pour moi. Quant à Austin… Je lui ai dis la vérité, je lui ai dis que je l’aimais et au fond, c’est en effet ce que je ressens. Cependant, je ne suis pas prête à retourner dans une relation amoureuse. Je ne veux plus jamais souffrir comme j’ai souffert après Cameron. Depuis, je ne le vois plus aussi souvent. Je crois que ça a brisé quelque chose entre nous. Cela me pousse à le détester, lui qui avait promis qu’il m’attendrait… Malgré tout, parfois, je surprends les accélérations des battements de mon cœur lorsqu’il est dans les parages. Et souvent, je m’en veux d’éprouver des sentiments aussi contraires à son égard.

Revenir en haut Aller en bas
Skyler Maddox
▲ IN LOVE DEPUIS : 27/04/2014
▲ POSITIONS TESTÉES : 588
▲ AVATAR : harry styles, da bae.
▲ AMOUREUX/SE? : ta gueule.
▲ JOB/ÉTUDES : mannequin, parce que c'est la seule chose que je suis capable de faire sans tout faire foirer.
avatar
regard fougueux.
MessageSujet: Re: Ca mousse entre toi et moi, ça m'éclabousse, comme de la soie ∞ Dylan.   Mer 7 Mai - 18:49

annasophia est magnifique aw
bienvenue ici, si jamais tu as une question n'hésite pas! :yaaaah: 


Revenir en haut Aller en bas
S-M. Joyce Osborn
▲ IN LOVE DEPUIS : 27/04/2014
▲ POSITIONS TESTÉES : 772
▲ AVATAR : « selenawesome gomez. »
▲ AMOUREUX/SE? : « être amoureuse peut-être à la fois la chose la plus magnifique au monde, comme la plus horrible. »
▲ JOB/ÉTUDES : « étudiante en danse, oui, y'a pas que les strip-teaseuses qui danse pour le plaisir. »
avatar
regard fougueux.
MessageSujet: Re: Ca mousse entre toi et moi, ça m'éclabousse, comme de la soie ∞ Dylan.   Mer 7 Mai - 19:01

je veut un lien, obligatoirement elle est si belle
bienvenue ma belle et bonne chance pour ta fiche! si tu as besoin de nous, tu siffles


i came in like a wrecking ball.
Revenir en haut Aller en bas
http://she-looks-so-perfect.forumactif.org/
Invité
MessageSujet: Re: Ca mousse entre toi et moi, ça m'éclabousse, comme de la soie ∞ Dylan.   Mer 7 Mai - 20:36

Hihi pas de soucis pour le lien   

Et merci à tous les deux   
Revenir en haut Aller en bas
Skyler Maddox
▲ IN LOVE DEPUIS : 27/04/2014
▲ POSITIONS TESTÉES : 588
▲ AVATAR : harry styles, da bae.
▲ AMOUREUX/SE? : ta gueule.
▲ JOB/ÉTUDES : mannequin, parce que c'est la seule chose que je suis capable de faire sans tout faire foirer.
avatar
regard fougueux.
MessageSujet: Re: Ca mousse entre toi et moi, ça m'éclabousse, comme de la soie ∞ Dylan.   Mer 7 Mai - 21:24

j'adore ta fiche, tu as une belle plume I love you
c'est donc avec plaisir que je te valide et t'ajoute dans le groupe regard timide! n'oublie pas d'aller te recenser, de faire les demandes requises, et surtout, amuse-toi bien!  


Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Ca mousse entre toi et moi, ça m'éclabousse, comme de la soie ∞ Dylan.   Mer 7 Mai - 21:25

Wooooooh   Maaarchi !   et ma plume te remercie, elle s'adore aussi    
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ca mousse entre toi et moi, ça m'éclabousse, comme de la soie ∞ Dylan.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ca mousse entre toi et moi, ça m'éclabousse, comme de la soie ∞ Dylan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??
» Relations entre Politique, CIA et le Sida

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les dossiers d'inscriptions :: Midnight memories :: fiches acceptées-
nos bébés du mois !
COXLEY
ICARE

RHODES
AVALON
Besoin d'aide ?
ADMINISTRATIF - INVITÉS